Paroisse Sainte-Jeanne d’Arc - Versailles
http://jeannedarc-versailles.com/Chapelle-Saint-Joseph-de-Glatigny
      Chapelle Saint-Joseph

Chapelle Saint-Joseph

Le couvent Saint-Joseph de Glatigny

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 17 mars 2008
  • réagir
  • 1 vote

29, boulevard de Glatigny
78000 Versailles


150 ans de présence des Capucins à Versailles

Les pères Capucins ont quitté Versailles en 2006 après 150 ans de présence. Le couvent et la chapelle Saint-Joseph restent un lieu très vivant et attaché à la spiritualité de saint François.

Le premier couvent

Destruction du 1er couvent- 1828 : Restauration de l’ordre Capucin en France
- 1852 : Mgr Gros, évêque de Versailles, appelle le père Ambroise de Bergerac, capucin pour prêcher une retraite préparant l’institution de l’adoration perpétuelle du Saint Sacrement. De son succès naquit le projet d’implantation des Capucins à Versailles.
- 1853 : Construction d’un couvent au n°1 du boulevard de la Reine, sur le terrain d’une propriété léguée au diocèse.
- 21 mai 1855 : Consécration de l’église sous le patronage de Saint-Joseph.
- 1880 : Explusion des Capucins à la suite des lois anticongrégationnistes. Ces derniers rachètent leur couvent à l’état en 1886. Ils sont réexpulsés en 1904. Les pères Capucins restent à Versailles dans des conditions précaires. Le Trianon palace est construit sur l’emplacement du couvent.

Le couvent de Glatigny

- 2 octobre 1923 : La première pierre d’un nouveau couvent est posée sur un terrain acquis par les Capucins dans le quartier de Glatigny.
- 29 septembre 1924 : Bénédiction de la crypte.
- Décembre 1932 : Première vente de charité au profit des missions.
- 24 septembre 1934 : Inauguration et bénédiction solennelle de la chapelle Saint-Joseph par Mgr Roland-Gosselin.
Le jardin et le couvent- 11 novembre 1941 : décès du gardien, le Père François de Xavier. Né en 1858, il entre au noviciat des capucins à 18 ans. Ayant connu l’exil, la guerre (il servit sous les ordre du Maréchal Pétain), il fut chargé de restaurer la vie capucine à Versailles.
- 12 août 1945 : ordination sacerdotale par Mgr Roland-Gosselin de trois capucins polonais rapatriés de Dachau après cinq ans de captivité.
La Mané- 1951 : Fondation par Jacques Duval des Petits chanteurs de Saint-François de Versailles.
- 2003 : Les Capucins réunissent leurs trois provinces françaises en une seule.
- Juin 2006 : Départ des pères Capucins. Les derniers gardiens ont été :

DateGardien
1923-1941 P. François de Xavier
1941-1945  ???
1945-1951 P. Antonin
1951-1963 P. Louis-Joseph
1963-1966 P. Yves Père Yves
1966-1972 P. Alexandre
1972-1978 P. Vénérand
1978-1981 P. Alexandre
1981-1990 P. Cyril Frère Cyril
1990-1993 P. Richard
1993-2001 P. Pio
2001-2006 P. Michel Frère Michel

- Septembre 2006 : Les bâtiments sont rachetés par l’évêché de Versailles grâce à la bienveillance des pères Capucins. La chapelle reste déservie par la paroisse. Les bâtiments conventuels accueillent la Maison St Jean-Baptiste, propédeutique du diocèse.

La communauté chrétienne du quartier de Glatigny reste attachée à la spiritualité franciscaine qui l’a animée depuis sa création. Chaque année, des journées d’amitié renouvellent les liens fraternels et l’entraide matérielle avec les chrétiens d’Ethiopie, particulièrement le diocèse d’Endebir nouvellement crée au Sud d’Addis-Abeba dont l’évêque est un Capucin.

Deux icônes créées pour la chapelle Saint-Joseph

Les deux nouvelles icônes ont pris place dans les bas-côtés : le lavement des pieds au-dessus du tabernacle et la Vierge Marie de l’autre côté. Elles contribuent à nourrir la prière des fidèles.

Le lavement des pieds

Lavement des piedsLe lavement des pieds est un des thèmes les plus important de la liturgie du jeudi saint.

Le cercle formé par le Christ et ses apôtres autour du bassin du lavement des pieds signifie la communion de l’Eglise alimentée par le Sauveur. Le lavement des pieds est le baptême de grâces qui prépare les apôtres à recevoir le corps et le sang du Seigneur.

L’icône montre, au premier plan, trois personnages symboliques.

Agenouillé à gauche, le Christ veut laver les pieds de Pierre, assis au centre. Celui-ci refuse, dans un premier temps, de se laisser laver les pieds. Ce geste était réservé aux serviteurs et aux esclaves. Jésus veut montrer à ses disciples qu’ils doivent se faire serviteurs de tous.
Il se positionne en dessous de tous les apôtres. Il se met à la hauteur de Judas, le pécheur.
Judas, l’unique apôtre sans auréole, observe ce que fait Jésus, en tenant la bourse des trente deniers de la trahison dans ses mains. Il est incrédule et ne peut comprendre le geste d’humilité de Jésus. Il a choisi de se perdre.

Vierge de Tendresse « Notre Dame de Vladimir »

Vierge de VladimirL’icône de la Mère de Dieu tend à exprimer, par dessus tout, le mystère de la divine maternité (Théotokos) que le concile d’Ephèse , en 431, à attribué à la Vierge Marie.

L’unité entre la Mère et le Fils est le signe et le rappel de l’unité entre le Créateur et la créature. L’icône représente l’amour de Dieu pour l’humanité, personnifiée dans la Mère, et l’amour de l’homme pour le Christ, amour qui participe au mystère du salut. Dans cette expression d’amour, dépourvue de sentimentalisme, mais si riche d’intensité et de force dramatique, tout est composé de manière sereine et royale.

La Vierge porte l’Enfant tendrement enlacé, joue contre joue. L’Enfant semble chercher refuge auprès de celle qui entrevoit déjà sa passion. Elle l’enveloppe de son affectueuse et maternelle protection. La main gauche de la Vierge esquisse une caresse.

La tradition interprète cet instant comme étant celui où l’Enfant révèle à sa mère le mystère de la mort et de la résurrection. Sur le visage de la Vierge, et particulièrement dans le regard, se lit la gravité, l’amour mais aussi une sereine acceptation de la volonté Divine.

La Vierge porte un manteau pourpre, couleur de la royauté divine : Dieu l’a recouverte de sa divine attention pour être la Mère de Dieu.
Les étoiles qui marquent les épaules et le front de la vierge signifient sa virginité avant, pendant et après la naissance du Christ.
L’Enfant Jésus porte un vêtement éclatant, signe de sa divinité.

Carte


Agrandir le plan

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Horaires de messes

Avent 2017 Renseignements

SOMMAIRE
- Marché de Noël
- Messes de l’Attente
- Fête de l’Immaculée Conception
- Veillées de l’Avent
- Confessions
— Permanences
— Soirée de confessions individuelles
- Horaires des veillées et messes de Noël
— Dimanche 24 décembre
— Lundi 25 décembre
- Messe du 1er janvier
- Télécharger le triptyque

newsletter


Agenda

Rendez-vous


-