Paroisse Sainte-Jeanne d’Arc - Versailles
http://jeannedarc-versailles.com/Prouvez-moi-que-Jesus-est
          Prouvez-moi que Jésus est ressuscité

Prouvez-moi que Jésus est ressuscité

Homélie pour le 3ème dimanche du temps pascal, année A

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 7 avril 2008
  • réagir

Vous aurez beau convoquer les archéologues, la police scientifique, rassembler tous les messages ésotériques que vous pourrez, vous n’êtes pas crédibles.

Regardez donc comment s’y prend saint Pierre dans son fameux discours de la Pentecôte.


Il ne donne pas d’autre preuve que sa parole : « écoutez ce que je vais vous dire… Cet homme que vous avez fait mourir… Dieu l’a ressuscité ». Pierre pourrait raconter ici comment il s’est précipité vers le tombeau vide le premier jour de la semaine, il pourrait rappeler l’enseignement du Christ dont il est le gardien. Non, il se contente de citer le psaume 15.

Bien sûr, à cause du verset 10 : « tu n’abandonneras mon âme dans l’Hadès (shéol) ». Pierre confronte cette parole à l’évènement de Pâques qui en éclaire le sens : il s’agit d’une résurrection.

Mais Pierre ne se contente pas de cette aubaine pour étayer son discours, car il fait référence à quatre versets complets du psaume. En effet, Pierre ne cherche pas à démontrer la résurrection, qu’il pose comme postulat, mais veut prouver que l’auteur du psaume, David, parle du Christ.

Le raisonnement est très précis. En un sens négatif, il montre que ces paroles ne concernent pas David, puisque celui-ci est mort. Son tombeau existe encore. En un sens positif, il propose un triple argument :

    • David pouvait parler du Christ car il l’attendait.
    • La première personne « je » peut désigner aussi bien la propre personne de David qu’une autre personne qui lui serait identique, un nouveau David, un « fils » de David.
    • David n’avait pas la connaissance de la résurrection. « L’oint du Seigneur » pose donc ici une parole prophétique.

Le raisonnement trouve alors toute sa cohérence : Ressuscité d’entre les morts, Jésus n’est pas resté dans l’Hadès, sa chair n’a pas vu la corruption. Il est donc bien le Messie dont parle le psaume. Or le psaume prophétise la résurrection. C’est ainsi qu’il la prouve.

Saint Pierre évite donc le piège de se mettre en avant comme témoin privilégié, ce qu’il est, mais se fait serviteur de la Parole et de la Vérité. Désormais, je peux prier ce psaume, non plus au nom de David, ni même en pensant à Jésus, mais en priant dans le Christ. Le « je », c’est moi : « ma chair elle-même repose en confiance ».

Le fait que Saint Pierre cite plus qu’un verset, nous indique comment la Parole de Dieu devient actuelle en nous par le Christ qui lui donne son sens. Ici mon intelligence, mon honnêteté, mon pouvoir de persuasion ne sont que de peu d’efficacité. Ma lumière et mon salut, c’est le Seigneur.

Documents joints

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Horaires de messes

Inscription pour accueillir la statue "Père de miséricorde"
ici

Le film de la soirée compassion : ici

newsletter


Agenda

Rendez-vous


-