Paroisse Sainte-Jeanne d’Arc - Versailles
http://jeannedarc-versailles.com/L-efficacite-du-radar-automatique
          L’efficacité du radar automatique

L’efficacité du radar automatique

Homélie pour le 6e dimanche du temps ordinaire. Année B.

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 16 février 2009
  • réagir
  • 0 vote

Savez-vous ce qui fait l’efficacité des radars automatiques ? Alors de nombre d’entre vous prennent la route en ces jours de vacances, voilà une considération utile.


Loin de moi de faire l’apologie d’une machine. Le radar automatique n’est qu’un vulgaire radar. Il ne cache aucune révolution technologique. Ce qui fait son efficacité, c’est précisément qu’il est automatique. En passant devant trop vite, le contrevenant est sûr de recevoir l’amende dans son courrier. Pas de passe-droit.

L’application de la Loi mosaïque concernant le sort des lépreux est du même ordre : celui qui est reconnu lépreux est exclu de la société, sans doute par mesure d’hygiène. Son impureté légale est manifeste. Mais à celle-ci s’en ajoute une autre, automatiquement : s’il est atteint, il est sûrement pécheur. Qu’il en porte donc les signes : vêtement déchiré et cheveux en désordre, comme s’ils étaient recouverts de cendre, sans doute. Le prêtre sert de bureau d’enregistrement, constatant la maladie ou la guérison. Ce dernier cas devait être extrêmement rare de façon spontanée, mais il est tout de même prévu.

Le lépreux qui vient à la rencontre de Jésus enfreint donc la Loi : au lieu de s’éloigner, il implore Jésus à genoux, dans un geste d’adoration. Jésus lui-même le touche, prenant le risque d’être associés aux impurs selon la Loi. Mais d’une parole il le guérit et envoie l’homme aux prêtres qui, en même temps qu’ils constateront la guérison, ne pourront que constater la puissance de la parole du Christ : ce sera pour eux un témoignage. La Loi de Moïse est donc appelée à témoigner en faveur du Christ.

L’Eglise vit maintenant sous le régime de la grâce, et non plus celui de la Loi. Il y a pourtant aussi des préceptes à respecter pour tout fidèle, mais ils expriment la miséricorde divine et n’ont aucun rapport avec une Loi qui condamne et exclut.

C’est le cas du précepte de la messe dominicale, qui, comme chacun le sait, est plus nécessaire qu’obligatoire. C’est le cas de la confession et de la communion annuelle, "faire ses Pâques". L’Eglise demande ici le minimum, alors que chacun sait que la vie spirituelle a besoin beaucoup plus fréquemment des sacrements. Mais il ne faut pas décourager ceux qui ont du mal. C’est le cas encore du jeûne, qui n’est demandé que deux fois par an, le Mercredi des Cendres et le Vendredi saint, et encore, seulement aux personnes qui le peuvent sans difficulté. La Loi de l’Eglise n’est vraiment pas exigeante. C’est pour nous encourager et nous appeler à en faire plus de nous-mêmes.

L’opinion publique semble pourtant penser que l’Eglise est autoritaire, plus soucieuse d’exclure que d’accueillir. Le mot ’excommunication’ qui a beaucoup fait coule d’encre ces temps-ci en est le symbole. Pourtant, lui aussi exprime la miséricorde divine. Référons-nos à sa définition dans le Catéchisme de l’Eglise catholique (n.1463) :

Certains péchés particulièrement graves sont frappés de l’excommunication,
la peine ecclésiastique la plus sévère,
qui empêche la réception des sacrements et l’exercice de certains actes ecclésiastiques et dont l’absolution, par conséquent, ne peut être accordée, selon le droit de l’Église, que par le Pape, l’évêque du lieu ou des prêtres autorisés par eux.

Il n’est pas question ici d’exclusion, mais de privation, et il n’y a pas de peine plus grave que celle-ci. Et encore, il y a des cas particuliers, comme toujours dans l’Eglise :

En cas de danger de mort tout prêtre, même dépourvu de la faculté d’entendre les confessions, peut absoudre de tout péché et de toute excommunication.

La loi républicaine elle-même ne connaît pas de telles exceptions. Très récemment, sur le périphérique parisien, deux motards de la gendarmerie me doublent à grande vitesse. Mais à l’approche d’un radar automatique, je les ai vu freiner sèchement, pour passer à la vitesse règlementaire !

A chaque baptisé de connaître ses droits et devoirs et d’aimer l’Eglise qui nous aime comme une mère.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Horaires de messes

newsletter


Agenda

Rendez-vous


-