Paroisse Sainte-Jeanne d’Arc - Versailles
http://jeannedarc-versailles.com/Charite-misericorde-et-communion
          Charité, miséricorde et communion

Charité, miséricorde et communion

Homélie pour le 1er dimanche de l’Avent - 29 novembre 2009

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 29 novembre 2009
  • réagir

Le temps de l’Avent est celui de la venue du Sauveur, l’adventus Domini. Il culmine dans les célébrations de la Nativité. Il faut donc nous poser la question : ai-je véritablement l’intention d’accueillir cette venue du Sauveur aujourd’hui.

  • Charité miséricorde et communion - (mp3 - 1.1 Mo) Télécharger

Pas hier à Bethléem. Pas demain, pour la Parousie, le retour glorieux du Christ que nous invoquons en chaque anamnèse et qui était au cœur de la fête du Christ-Roi. Mais aujourd’hui, ici, pour moi.

Cette venue du Christ est déjà tellement acquise et pourtant si lointaine. Regardez notre paroisse. N’est-elle pas le signe de l’œuvre du Seigneur au milieu de son peuple : tant de richesses spirituelles à travers tous ses mouvements, ses activités. Et pourtant, il est si facile de se décourager ou de critiquer : peut-on être sauvé sans savoir jouer au bridge ? Plus sérieusement, si le curé se joint à un groupe, j’entends les autres dire « il n’était pas avec nous ». Si j’encourage l’adoration perpétuelle, d’autres pensent que je les oublie.

Je vous livre ici une réflexion de Benoît XVI :

La charité dépasse la justice et la complète dans la logique du don et du pardon. La cité de l’homme n’est pas uniquement constituée par des rapports de droit et de devoirs, mais plus encore, et d’abord, par des relations de gratuité, de miséricorde et de communion. La charité manifeste toujours l’amour de Dieu, y compris dans les relations humaines (Benoît XVI, Caritas in veritate n.6).

Je retiens les trois mots : charité, miséricorde et communion :

  • La charité n’est pas une attitude purement humaine, une naïveté nécessaire à la vie commune, une bienveillance aveugle, mais elle se trouve auprès du Christ. Elle provient de la ferveur de notre foi. Elle transforme celui qui aime et le convertit en profondeur. Elle révèle la miséricorde du Père et nous invite à la vivre à notre tour en bannissant toute forme de jalousie : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ».
  • La communion est le fruit visible et invisible de la charité. Elle est le lieu de la présence du Christ. Par elle, nous entrons avec plus de vérité dans le mystère de l’Eucharistie.

Le Pape Jean-Paul II a formulé cela dans sa lettre sur les fidèles laïcs :

Par le moyen de l’évangélisation, l’Eglise se construit et se forme comme communauté d’une foi confessée dans l’adhésion à la Parole de Dieu, célébrée dans les sacrements, vécue dans la charité. En effet, la ‘Bonne Nouvelle’ tend à éveiller dans le cœur et dans la vie de l’homme la conversion et l’attachement personnel à Jésus-Christ, Sauveur et Seigneur. (Jean-Paul II, Christi fideles laici, n.34).

Et gardons en mémoire la question toujours actuelle de Paul VI :

Qu’est devenue, de nos jours, cette énergie cachée de la Bonne Nouvelle, capable de frapper profondément la conscience de l’homme ? (Paul VI, Evangelii nuntiandi n.4)

2 réactions


3 décembre 2009 17:26

Bravo et merci Père pour ce début d’homélie vivant et ciblé sur vos paroissiens !(richesse, talent mais ... facile de critiquer ou de se décourager), cela remet les pendules à l’heure, nous nous reconnaissons bien là avec nos fragilités...

Heureusement, la suite est riche d’enseignement à méditer qui nous donne, en partie , la réponse mais tout cela est bien dense pour nos cervelles ! Ouf ! le site est là.

J’entends de temps en temps des paroissiens qui souhaitent repartir le dimanche avec une « idée dominante et simple » à laquelle ils pourraient "se raccrocher" pendant la semaine voire à mettre en pratique.

Voilà spontanément quelques réflexions. Bonne après-midi Père et à très bientôt.

- repondre message

  • 5 décembre 2009 10:15, par Brigitte Derréal

    Ceci me rappelle le mot d’un Curé , exaspéré, qui s’était écrié : "sur ma tombe on écrira : livré aux bêtes ! " Plus sérieusement, et avec plus de modération, nous avons certainement besoin de nous rappeler sans cesse qu’il faut exclure balance et carnet de comptes de nos relations avec les autres, plus facile à dire qu’à faire.....

    -  répondre

 

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Horaires de messes

Inscription pour accueillir la statue "Père de miséricorde"
ici

Le film de la soirée compassion : ici

newsletter


Agenda

Rendez-vous


-